1-partir et tout plaquer

lets-run-away

 

A celui qui me lit….

 

Partir, tout plaquer, réaliser ses rêves, tout reconstruire, aller voir ailleurs… Si vous lisez ces lignes, cela veut dire que vous faites parties (selon des statistiques très sérieux) des 49% de la population qui rêve de quitter son payer pour tenter l’aventure. Parce que c’est une aventure. Mon rêve, ça a toujours été d’être auteur aux Etats-Unis. et vous quel est le votre ? Vous savez, ce rêve de gosse, celui qui vous a fait prendre ces etudes précises, qui vous a fait faire ces choix, qui vous a fait prendre ces decisions ? C’est quoi ce rêve que vous avez, celui que vous répondez à la question  » et vous feriez quoi avec 1 million d’euro ? »  Est-ce que vraiment vous seriez encore ici? Dans la ville où vous êtes au moment où vous lisez mon blog ? Ca serait quoi votre vie ? allez-y , dites le : « mon plus grand rêve c’est………

Non non non, attendez avant « la tirade des mais ». Si, vous a connaissez, « la tirade des mais » :

  • mais c’est impossible
  • mais j’ai pas l’argent
  • mais je vais tout perdre
  • mais c’est trop tard
  • mais personne m’encourage
  • mais c’est stupide
  • mais j’y arriverai jamais
  • mais j’ai abandonné depuis longtemps
  • mais maintenant j’ai des enfants
  • mais avec le boulot…..
  • mais si j’y arrive pas ?

 

Comme le dit le Général McArthur dans son discours sur la jeunesse : « et si votre coeur est enclin au pessimisme, que Dieu ai pitié de votre coeur de vieillard« . Et il a pas tort. Le pessimisme, c’est ce qui nous rend vieux. C’est pas l’âge, c’est ces idées d’abandons, de capitulation , de negation…face à ce qu’on a en nous : des envies, et des rêves complètement dingues.

Et Comme le dit James Dean : ‘Live fast die young« .On a qu’une vie, il faut en prendre soin. Et il faut pas avoir de regret.  Alors si vous avez un rêve que vous n’osez pas réaliser , posez vous simplement cette question :

  • au moment de votre mort….juste avant….pourrez vous supporter l’idée de ne pas avoir essayé de le réaliser ?
  • pour faire simple : vous rêvez d’être millionnaire…Mais prenez vous au moins la peine de tout faire pour l’être ? (vous jouez au Lotto au moins, rassurez moi ?)

 

Et tout part de là.  Réaliser son rêve, c’est possible. Là, je vais partir du rêve de « tout plaquer » (parce que c’est le mien). Mais les conseils donnés peuvent être pour tous les rêves possibles.

 

  1. Pourquoi le faire ?

Ben parce qu’on a qu’une vie. Je pense qu’il y a 2 genres de personnes : les pessimistes et les optimistes. Les pessimistes, se sont les gens qui râlent, qui se plaignent que leur vie est nul, qui subissent la vie des autres. Ils ne se battent pas, ont oublié leurs rêves, et ils vivent dans la peur parce qu’ils ne contrôlent rien.  Ils subissent la vie qui les entoure et la seule chose qui peut les sauver…c’est la chance. Mais ils ont cessé de se battre il y a bien longtemps. Selon ce bon Mac Arthur : ce sont des gens vieux dans leur tête. Et puis y’a les optimistes, qui se fixent des objectifs,  des super hauts, limite impossible, des grands enfants avec des rêves pleins la tête qui ne veulent pas une vie faite de regrets, de remords, et de vie par procuration.

On a qu’une vie. Si vous ne réalisez pas votre rêve, personne ne le réalisera à votre place. Vous pouvez comme les pessimistes regarder les autres être heureux et vous plaindre de ne pas l’être. Ou vous pouvez regarder votre vie, regarder votre histoire, tout ce que vous avez fait, et decider de lui donner un sens.

Pourquoi tout plaquer? Parce qu’au fond de vous, y’a toujours eu cette voix qui vous a dit que vous bougeriez un jour. Vous le savez depuis un bon moment déjà que vous ne finirez pas vos jours ici…et puis quand vous voyez ce pays à la télé sa vous fait toujours un truc. Vous connaissez les coutumes, l’histoire, vous avez même des tableaux ou de la déco de cet endroit. Vous voulez tout plaquer parce que vous en avez toujours eu envie. Il suffit de regarder vos choix de vies, vos passions, vos hobbies, votre intérieur….inconsciemment, ça fait super longtemps que vous avez pris cette decision.

Pourquoi le faire ? Parce que vous avez autour de vous pas mal d’exemples de personnes qui n’ont jamais réalisé leur rêve et qui ont de grands regrets. Ces personnes qui commencent toutes leurs phrases par « si seulement j’avais…. » si j’avais eu le courage de… » « si j’avais poussé un peu plus l’idée » « si j’avais foncé sans hésiter… ». Et vous ne voulez pas être comme ça.

Pourquoi le faire ? Parce qu’il n’y a pas de plus beau projet au monde que de réaliser son rêve. Oui c’est difficile. Mais le résultat par contre vous garanti un sentiment de bonheur, de fierté, de joie tellement incroyable…. si on appel ça un rêve, c’est parce que c’est extrêmement beau….pas parce que c’est irréalisable.

 

2. Les toutes premières choses à faire.

Tout plaquer est le genre de rêve qu’il faut considérer comme une entreprise. Car même si c’est un rêve, le but est de ne jamais se réveiller. En gros : vous allez tout plaquer pour un autre pays, le but: c’est d’y rester. Alors considérez vraiment ce projet comme quelque chose de très concret, où il va falloir se préparer et être organisé.  Perso, je suis comédien écrivain, metteur en scène, et j’ai dirigé ma Cie. J’ai monté ce projet comme je monte un spectacle.

  • donnez vous une deadline, c’est la 1ère chose à faire.  Une date fixe et definitive de votre départ. Dans le milieu du théâtre, on dit toujours : quand on veut créer un spectacle, il faut d’abord la date de la première. Et après on travail dessus. Pourquoi ? parce que sinon vous commencez à travailler, mais au premier moment de doute, pas de pression, donc vous repoussez, et encore et encore…et le spectacle n’a jamais lieu. Donc donnez vous une date de depart, concrète et réalisable. Nous, on s’est fixé 2 ans. 2 ans c’est bien, parce qu’il y a énormément de travail.
  • Apprenez tout de la legislation du pays ou de la ville ou…enfin, de l’endroit où vous voulez aller. Achetez des livres sur cet endroit, regardez sur le net des gens qui l’ont fait (ah mais c’est pour ça que vous lisez mon blog ? et ben c’est super !!!) et posez des questions.
  • Engagez vous à le faire. C’est ultra facile de renoncer. Vous en aurez envie (voir chapitre dessous), tout va être fait pour vous en dissuader, alors faites un geste fort que vous ne pourrez pas effacer. Personnellement, j’ai annoncé à tout le monde que je partais. Je l’ai crié sur les toits. Pourquoi ? Parce que la perspective de revenir sur une parole, de devoir dire à tout le monde « ah ben en fait je me suis degonflé » ça m’aurait été insupportable. Alors je l’ai annoncé à tout le monde. Impossible de revenir en arrière !

 

3. Pour ne pas reculer….

Vous avez pris la decision de partir. ça veut dire qu’il faut maintenant effacer votre vie ici. En effet, comme dit ci-dessus, l’annoncer à tout le monde est un bon moyen de ne pas reculer. Maintenant il faut penser à votre logement et votre travail, et se sont des deadlines importantes :

  • quand allez vous quitter votre appartement ?
  • quand allez vous démissionner ? (ou négocier votre licenciement )

Vous devez prendre des engagement fermes à ce sujet pour être sûr encore une fois de ne pas reculer. Vous devez tout faire pour ne pas être tenté d’abandonner. Vous devez tout de suite tirer un trait sur ce que vous avez construit de plus concret : votre logement, et votre travail. C’est super dur. Mais rappelez vous que votre travail, c’est vous. Certes vous travaillez dans une structure, mais vous pouvez travailler ailleurs. En quittant votre boulot, vous quittez un endroit, pas vos connaissances et votre experience. Pareil pour votre habitation. oui, il révèle votre personnalité. Mais en dehors de ce lieu, vous êtes quand même vous.

Croyez moi, en partant : vous emmenez avec vous le stricte nécessaire : VOUS-MÊME.

 

  4. Ne pas être matérialiste.

Partir, s’est réduire sa vie à 3 valises. Alors c’est pas le moment d’être matérialiste. Oui chaque objet à une histoire. Vous regardez votre maison/appartement, vous voyez toutes ces choses et vous savez quand vous les avez achetées, les sacrifices pour les avoir…. Chaque objet à une histoire.  Mais finalement, vous allez vous rendre compte que les vrais objets à histoire….ils sont invendable : c’est les photos, les cahiers, les mots, les dessins, les tout petits bibelots…. Des trucs tellement perso que personne n’en voudra de toute manière. Alors suivez mon conseil : ces objets, faites des cartons, et donnez les à vos amis proches, ceux dont vous êtes sûrs qu’ils viendront vous voir. A chaque fois que l’un d’entre eux viendra, payez lui la valise supplémentaire. A chaque visite, vous retrouverez vos souvenirs. Donc tout va bien.

 

5. Money money money

Désolé mais ça va devenir votre seule obsession : l’argent. Vous ne savez pas ce qui vous attend là-bas, et il faut prévoir. Tout plaquer, tout quitter : oui. Mais c’est déjà suffisamment un grand risque pour en prendre d’autres. Et l’argent, c’est un beau parachute pour pallier à tous les problèmes là-bas. Economisez, pendant le temps de préparation du voyage, serrez vous la ceinture (on a mangé des pates, des crêpes et des steak congelés pendant 2 ans). 2 ans à ne pas vivre pour ensuite réaliser votre rêve et revivre. ça vaut le coup. Mais : économie économie économie.

  • ne demandez que de l’argent à vos anniversaires et Noël ( de toute manière, faut plus rien vous offrir,  vous allez devoir tout vendre)
  • plus de plaisir extérieur
  • réduisez les addictions (tabac, alcool, sport, sortie jeux video, chaussures, figurines POP,…tout ce qui peut vous faire dépenser de l’argent super bêtement)

Et ne touchez pas à e que vous mettez de côté.

 

    6. N’écoutez pas les autres.

Quand vous allez parler de votre projets, vous allez avoir 2 sortes de personnes :

  • celles qui vous encouragent
  • celles qui vont vous démolir la gueule.

Celles qui vont vous démolir sont souvent des frustrés qui n’ont pas réussit ce que vous tenter de faire. Et alors là, vous allez voir, c’est du grand n’importe quoi ! Vous allez entendre des histoires d’amis de copains de voisins qui ont vécu l’enfer en faisant ce que vous voulez faire. Vous allez entendre un bon nombre de légendes urbaines sur votre pays de destination. Et surtout : tout le monde va se prétendre ultra connaisseur en tout ! C’est infernal ! Dans notre cas, du jour au lendemain, tout le monde s’y connaissais en droit américain et en visa, tout le monde savait les tarifs d’un T2 à New York.

Dites vous que ceux qui vous connaissent savent à quel point c’est important pour vous, et feront tout leur possible pour vous encourager. Alors pour ce qui est des autres, écoutez les…mais eu 2ème degré !!!!!

 

7. Les amis, la famille….

Ils vont vous manquer hein ? Faut pas se leurrer, c’est LA raison qui vous pousse à rester : les amis et la familles. Ne plus les voir tous les jours, ne plus manger avec eux les weeks ends. Vous craignez de les perdre, qu’ils fassent leurs vies sans vous et vous oublient, comme vous craignez de les oublier.  C’est sûr qu’à ce moment là, quand on pense aux proches, faut être égoïste…et encore ! Non. Parce que si c’était eux qui voudraient partir, vous les encourageriez ! Vous les aideriez. Dites vous que la plupart vont réagir comme vous et qu’on ne perd pas des liens forts. C’est sûr, vous allez faire le tri, et les « potes » « connaissances » vont quitter votre vie à tout jamais. Mais la famille et les vrais amis , eux, seront toujours là. On ne fait pas sa vie en fonction de sa famille ou ses amis, tout simplement parce que vous ne voudriez pas que quelqu’un refuse à son rêve pour vous. Imaginez qu’ils l’apprennent, que c’est à cause d’eux que vous restez, imaginez un peu la culpabilité que vous leur mettez sur  la tête.

Si le manque s’annonce difficile dites vous :

  • on est plus dans les années 80.Maintenant au 21ème siècle, Internet Skype Whatsapp Viber Facebook le mail…vos proches sont toujours là. la presence physique n’est plus là, mais ils sont toujours là.
  • J’ai une amie qui m’a dit : « oui tu vas me manquer.Mais on se voit 2 fois par mois en soirée. ça fait 8h par mois. Certes tu pars, mais quand je viendrai te voir, je passerai mes vacances entières chez toi. et on se verra 2 semaines d’un coup ! on se verra mieux quand tu partiras finalement« . Et elle a pas tort. vous allez être un pied a terre pour votre famille et vos amis quand ils viendront, et quand vous reviendrez, vous serez chez eux. Vous les verrez.
  • ma mère m’a dit « on fait des enfants pour un jour les voir partir. Que ce soit de la maison  ou a 12000 Km, c’est pareil. C’est quand t’as quitté la maison que ça a été dur. Et puis moi mon rêve, c’est que tu réalises les tien. c’est ça l’amour : voir les gens qu’on aime heureux. » et ma mère a toujours raison.

Finalement annoncer un depart, c’est comme faire son coming-out, annoncer un choix de carrière ou de vie atypique. Vous reconnaitrez vos vrais amis a ceux qui vous encouragerons. mais c’est sûr  attendez vous à faire le tri : c’est assez violent.

 

 8. Ne lâchez rien.

C’est dur, vous allez aller d’échecs en échecs avant de trouver LE bon plan. C’est facile de tout arrêter. Vous allez le sentir : c’est un jour on la mauvaise nouvelle qui tombe vous donne envie de tout casser. Mais ce jour là, vous allez aussi vous dire : « oui j’ai envie de renoncer…mais c’est trop tard ! je peux plus reculer ».  Vous aurez envie de tout lâcher….Mais, vous allez regarder en arrière, voir tout ce que vous avez fait. Si vous abandonnez maintenant, vous aurez tout fait pour rien. Vous aurez perdu du temps de l’énergie des amis : pour rien.  Par contre si vous continuez….

Ce que j’essaie de vous dire c’est que, passé la première année, vous aurez envie d’abandonner, mais vous pourrez pas. Parce que vous ne supporterez pas l’idée de ne pas avoir  récolté les fruits d’autant d’efforts et de sacrifice. Et puis si vous suivez mes conseils, se sera trop tard. Vous serez obligé de continuer. Tant mieux. Parce que, c’est quand vous êtes à bout de souffle que vous commencez à tout tenter sans reflechir…et que vous réussirez à avancer.

 

Dernier conseil ? Soyez fou. Soyez aussi fou que ce projet de dingue ! Ne cherchez pas la logique, le sensé, le « normal »…au contraire : lâchez vous et allez puiser dans ce que vous avez de plus dingue, de plus instinctif, de pus créatif, de plus culotté !!!

  • courage
  • audace
  • folie
  • determination
  • culot
  • optimisme
  • confiance en soi

 

 

Et vous y arriverez.

 

 

 

A celui qui m’a lu.

 

Rémy.S

 

 

Publicités

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :