Comment dormir dans une ville qui ne dort jamais ?

image-4

 

A celui qui  me lit,

Je déteste dormir. C’est vrai, j’ai horreur de ça. Déjà parce que certaines phobies personnels rendent le processus de dormir extrêmement difficile…. Mais la principale raison c’est que j’ai l’impression de perdre du temps ! La vie est courte, y’a toujours quelque chose à faire et m’allonger, ne pas être actif,  même pendant quelques heures, me panique, me stresse et surtout : m’énerve.  Je n’ai jamais fais de sieste de ma vie et quand je dors, c’est que je tombe de fatigue (et je lutte pour ne pas dormir). Récemment tu m’as posé cette question sur New York  « Comment tu fais pour dormir dans une ville qui ne dort jamais ? » 

Voilà ma réponse.

Ces dernière semaines, aller ce coucher à New York, c’est se coucher à 1h du matin après des journées étranges. Mon stage est toujours aussi (pas) passionnant. La semaine dernière mon maitre de stage était en Italie voir sa fille, j’ai donc eu 4 jours pour travailler sur ma recherche d’emploi. Le plan « B » c’est de renouveler mon stage pendant 1 an (ce qui  nous fera rester au minimum jusqu’en Novembre 2017). Mais c’est le plan B, parce que le stage : j’en peux plus.  La semaine dernière par exemple , y’avait rien à faire. Je suis arrivé tous les jours à midi, pour finir mon travail autour à 2h. Mais est-ce que je rentre chez moi ? Bien sûr que non ! Parce que mon papy en ce moment, a une femme qui est en train de se faire virer, donc il est triste, donc il veut pas rester tout seul. Alors il me donne des trucs à lire, m’invente du travail ou m’envoie à la poste (et ça c’est quand j’ai de la chance, des fois, je reste là, j’attends, et quand je lui demande « je peux t’aider ?  »  il me répond « là, je sais pas pas, je vais voir »). Mais y’a pas assez de travail pour 2. Le plan c’est donc de vite trouver un sponsor pour un Visa O. Donc depuis plusieurs semaine, le réveil sonne à 8h00, jusqu’à 11h je postule à des offres, je part en vélo , arrive à 12h chez papy, reste jusqu’a 5h, rentre à 6h chez moi, mange, couche les petits pour retravailler sur la recherche de boulots jusqu’à minuit.  Je peux pas aller me coucher avant , parce que sinon, je vais me dire que je perds un temps précieux qui me rapproche de mon Visa et de la réalisation de mon rêve.

Heureusement, pour envoyer mes CV, je peux compter sur ma famille ! (il collait les timbres, c’était « le jeu des autocollants pour le travail de papa »)

image

Sandrine, c’est la même chose, sauf que  quand je travaille, elle s’occupe  des enfants, tout en répondant à des appels, passant des entretiens téléphoniques . Elle fait des touches, passe des entretiens, et on est pas loin de crier Victoire….mais pas encore.

Vendredi dernier, ça a été dur de s’endormir. La collègue de la mère de Sandrine venant à New York, on a reçu une valise d’affaires ! première livraison officielle. Les loulous ont récupéré leurs circuits et Mr Patate, Sandrine a récupéré des vêtements, on a eu quelques surprises culinaires… Quand a moi, j’ai récupéré une lampe de bureau en forme de grosse ampoules. Cette lampe, ma mère me l’a offert quand j’ai réussi (brillamment, je le dis parce que c’est vrai j’ai eu des super notes) le bac de français. J’ai toujours écris mes scénarios à côté de cette lampe. tout ce que j’ai créé dans ma vie professionnelle a été éclairé par cette ampoule. Alors c’est vrai que vendredi soir, j’avais de nouveau envie d’écrire, les enfants de jouer, Sandrine avait un petit homesick…. c’était pas facile de dormir.

Et comme on dort pas, on fait comme tous les new-Yorkais : on va se ressourcer à Central Park. C’est ici qu’on se repose, d’autant plus que c’est le printemps ! Il fait 24°C dehors (impression 30 ! Il fait une chaleur de fou, et froid le soir). Mais le park est en train de révéler son vrai potentiel.

image-2

Et puis nos 2 loulous sont tombés amoureux du park, ils vont se défouler, courir, jouer au ballons, et eux pour  le coup, arrivent a dormir grâce à ça.

image-5

 

Les réactions à mon dernier post m’ont pas mal travailler. Je suis désolé, je voulais pas t’alarmer. Ce blog, quand je t’écris… Je me dis que si quelqu’un lit avec l’idée de faire la même chose… je veux qu’il sache la vérité, que c’est super dur. Ca veut pas dire que c’est impossible et qu’on va pas y arriver. Non. ça veut dire que c’est vraiment pas évident d’être personne, pas attendu, seuls et sans suffisamment d’argent, dans la ville la plus grande, une des ville les plus cher au monde, et surtout, où l’immigration est difficile. Le challenge est de taille ! heureusement que c’est dur !  Je sais que tu te fais du soucis, et je te remercie pour les messages que tu m’as laissés. Ils nous ont fait du bien. Mais je te rassure, même si les choses n’ont pas évolué depuis le dernier post, que c’est toujours aussi dur, qu’on galère toujours autant… c’est pas ça qui va nous arrêter. On va pas s’arrêter. J’ai dis que c’était difficile, j’ai pas dis qu’on baissait les bras.

 

Comment on dort dans une ville qui ne dors jamais ? Tu veux la vraie réponse ? On dors pas. On peut pas. Parce qu’a chaque fois qu’on est dans notre lit, on pense a ce qu’on va faire demain pour améliorer la situation, pour trouver du travail, trouver un sponsor un agent, de l’argent , un nouvel appartement… On peut pas dormir ! Et puis pourquoi dormir ? Pour rêver ? Mais on rêve déjà ! A chaque fois que je roule dans New York je vois des immeubles dans lesquels je veux vivre, à chaque fois qu’on rentre dans un magasin on rêve de pouvoir acheter des jouets ou des vêtements à nos enfants…. A chaque fois qu’on postule à un boulot, on rêve d’être embauché et de commencer notre nouvelle vie, une nouvelle carrière ici. On rêve la journée pendant qu’on se bat, et le soir, on cherche des solutions pour encore plus se battre. Bientôt , les rêves vont devenir réalité, les journées ne seront plus des rêves, et les soirées ne seront plus du temps à chercher des moyens pour avancer. Et à ce moment là, quand le rêve sera là, on sera content de dormir. Comment on dort dans une ville qui ne dort jamais ? On reste éveillé jusqu’à ce que la ville nous dise « c’est bon, tu l’as fais, tu peux aller te coucher maintenant« .

 

A celui qui m’a lu 

 

Rémy.S

 

 

P.S : Et surtout, tu ne peux pas dormir après avoir mangé chez Shake Shack. Je tiens à faire un mea culpla : Five Guys sont les 2èmes meilleurs burgers de New York. Shake Shack, avec ces produits frais, son pain brioché et ses frites ondulées…. Serieux j’ai jamais rien mangé de meilleur. Mon pote Vincent  avait donc raison : se sont les meilleurs burgesr de New York. Et je sais qu’avec ce mea culpa, Vincent aussi va mieux dormir.

image-1

 

P.S 2 : et encore merci pour tes commentaires, tes likes, tes partages et tes messages…. tu n’image pas à quel point ça nous fait plaisir, et ça nous donne des forces. Tu me dis régulièrement que tu aimes me lire, mais sache que j’aime te lire aussi.

 

Publicités
Catégories : Non classé

Navigation des articles

5 réflexions sur “Comment dormir dans une ville qui ne dort jamais ?

  1. Vivi

    Shake shack en force! Bisous à tous

    J'aime

  2. David T

    Rémy, continues de rêver debout, on est pas près de t’envoyer des somnifères!
    Bise à vous 4. David

    J'aime

    • J’ai jamais aimé dormir de toute manière !!!!
      mais bientot je pourrai un tout petit peu me reposer (ça ferait du bien).

      merci bcp pr ton message, ça fait très plaisir d’avoir de tes nouvelles.

      J'aime

  3. lounis djamila

    Bonjour Remy, je viens de lire et de m’abonner à My American Life, c’est Magali qui m’a adressé le lien et j’en suis ravie. C’est étonnant comme lire tes écrits me projette dans une illusion de lecture visuelle de ton aventure New-Yorkaise. Comme si je venais d’ouvrir un lien vidéo… Je suis certaine qu’avec la persévérance qui vous habite toi et ta ptite famille, la lumière au bout du tunnel est toute prochaine… bien à vous 4. Djamila

    J'aime

    • Merci, et ravis de faire ta connaissance. ça me touche beaucoup parce que c’est exactement ce que j’essaie de faire. en tant qu’écrivain, j’essaie de vous faire voyager et vivre cette aventure avec moi. ravis de te compter parmis mes abonnés. au plaisir d’un prochain commentaire.

      J'aime

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :