Pas pour tout de suite…

 

A celui qui me lit…

J’ai longtemps hésité à écrire.  Je t’avais dit que bientôt, je t’écrirai et t’annoncerai de bonnes nouvelles…Mais elles sont pas là. Alors je fais quoi ? Je laisse ce blog vide ? J’attends les bonnes nouvelles pour ensuite écrire 12 posts d’un coup et te raconter 6 mois d’histoire que je t’aurais caché ? Non. c’est pas la promesse que je t’ai faite. Je t’ai dis que je ta raconterai tout. Et même si j’ai hâte de pouvoir prochainement écrire la fin de notre histoire et dire « ça y est, on est installé »…. Pour le moment, on y est pas. C’est pas pour tout de suite.

Mais une promesse est une promesse, alors je t’écris. Je sais même pas par où commencer…

J’ai rencontré une avocate. Disons que j’ai payé 250$ une avocate pour savoir comment améliorer la situation, parce que le problème principale est « comment rester ici ». Après m’avoir pris 250$ en liquide, elle m’annonce que, vu mon parcours d’artiste, je suis éligible au visa O, qui est le visa des « talents extraordinaires ». J’ai 15 ans de carrière, 5 Avignon, gagné des prix… Si l’entreprise explique bien qu’elle a besoin de moi et de mes idées, c’est jouable. L’avantage c’est que, Sandrine en tant que femme de Visa O peut faire n’importe quel travail. Donc je n’ai qu’a trouver une entreprise ou un agent artistique qui dit qu’elle a besoin de moi. Et dans ce cas là, pendant 3 ans : On est tranquille. Et d’ici là, comme me l’a dit l’avocate « ça vous laisse 3 ans pour gagner la green card, et sinon, le Visa O se reconduit sur 3 ans, donc sa fait presque 6 ans de tranquillité. et ça laisse du temps à Sandrine pour trouver un visa de travail« . OK, donc on doit chercher un Visa O.

Et puis Les 2 dernières semaines de Mars, Sandrine et moi avons eu la grippe. ça a atteint l’énergie, donc le moral. Pas facile d’être malade, limite cloué au lit, et de devoir quand même continuer à bosser. mais bon, la grippe finie, on est reparti au boulot.

Tu te souviens de mon invention « subtile phone » ? Une application dont j’ai déposé le brevet qui pourrait sous titrer n’importe quel spectacle et permettre donc à n’importe quelle compagnie de théâtre de jouer dans tous les pays, et aux sourd et malentendants d’aller enfin au théâtre ? Voilà la vidéo de démonstration.

Je me suis dit que ça serait une bonne piste pour commencer. J’ai crée le concept, donc n’importe quel entreprise qui veut le faire a besoin de moi, et Hop : Visa O. J’ai donc contacté 45 sociétés spécialisées en « création d’application mobile » ainsi que 100 des plus grands investisseurs.  Le mail disait en gros « j’ai une invention qui déchire, j’ai tout abandonné, rencontre moi ». Sur tout ce beau monde, j’ai eu 20 réponses qui ont conduit à 3 rencontres. Donc 3 entreprises potentielles pour avoir ce fameux « visa libérateur ».

  • la 1ère me dit « ton idée est geniale, c’est dingue que personne n’y ai pensé avant ». On va te donner des noms de businessmen et si ils sont interessés, ils nous donneront de l’argent pour te la faire (quel courage !)
  • La 2ème m’a fait visité Brooklyn ou j’ai rencontré 2 gars qui m’ont dit « ton idée est geniale, et si Google ou Apple en entend parler, ils te l’achèteront à coup de Millions. Mais on peut pas te faire un Visa O. Par contre, on peut faire ton application gratuite, et on fait fifty-fifty sur ce que tu en fais après.
  • La 3ème m’a dit :  » c’est du génie. Mes patrons sont 2 anciens comédiens, ils vont tout faire pour t’embaucher ».

Mercredi dernier me voilà donc descendre à Wall Street dans des bureaux avec vu sur Liberty Island. Mon Visa O et l’avancé qu’on attend est peut être dans ce rendez vous. Et ben….non. Parce que le petit Michael était très emballé et prêt à m’aider, mais son patron a vu que l’argent :  » Tu as un business plan ? Tu as 10 000 dollars ? Non. Ton idée est incroyable mais tu dois trouver un mec qui la finance. Nous on prend pas le risque : on va pas donner un Visa O a quelqu’un pour une idée dont on ne sait pas si elle va nous rapporter de l’argent….Mais c’est une idée géniale ! ça va marcher ».

Si on m’avait donné 10 $ a chaque fois qu’on mec m’a dit « ton idée est géniale , ça va marcher, mais c’est trop novateur pour être financé » j’aurais de quoi me payer un loft dans la couronne de la Statut de la liberté. Résultat je vais accepter le deal avec les 2 gars de Brooklyn. J’aurai mon prototype très prochainement. Mais ce n’est pas ce qui me fera rester. Donc pour le moment, ce n’est pas une priorité, et j’ai donc suivit pendant 1 mois une piste qui peut être super pour gagner de l’argent, qui a long terme sera utile…mais là tout de suite, ne m’aide pas. En gros, je suis sur une ile deserte, et j’apprend que j’ai gagné une cuisine équipé à mon retour sur Terre.

De son côté, Sandrine continue a chercher du travail et fait des touches. elle passe des entretiens mais pour le moment, pas de boulots, et surtout, aucun veut la sponsoriser. Ce qui les intéresse c’est qu’elle peut travailler immédiatement en tant que « femme de visa J ». Ce qui veut dire que Sandrine peut travailler, mais que ce qu’elle trouve ne nous fera pas rester. ça nous fera manger. Et pour le moment, on a rien de ce côté là.

Le seul moyen de rester, de finir de survivre et enfin de vivre, est donc que je trouve un boulot.

Retour donc à la case départ. Et maintenant, me voilà donc en train de postuler pour trouver du boulot parce que la seule bonne nouvelle est donc que je peux demander le Visa O, plus facile à avoir qu’un visa de travail classique. Reste plus qu’a trouver « l’entreprise » qui aura un coup de coeur sur mon travail.  J’ai 300 agents artistiques à contacter, et je vais maintenant passer mes matins et soirs à répondre à des annonces. La bonne nouvelle (parce que y’en a une) est que mon maitre de stage accepte (si jamais au grand jamais je ne trouve rien) de prolonger mon stage sur un an. Nous sommes donc assurés de rester au moins jusqu’en Octobre 2017. Mais pour le moment, sans boulot, ça va commencer a être compliqué financièrement, et sans grande avancé, les USA nous foutent dehors dans un an à grand coup de pied dans le passeport.

C’est dur. C’est dur parce que cette semaine, on y a cru, et que c’est pas pour tout de suite. Oui, ça fait que 2 mois qu’on est là, mais quand même. ça va payer, on sait tous que ça va payer… Sans lueur d’espoir on fatigue. Financièrement c’est compliqué, les enfants pour le moment ont beaucoup de courage, mais on aimerait vraiment améliorer notre quotidien pour eux. On ne vit pas, on survit. On a hâte de vivre.  Et le pire, c’est que comme le temps nous ai compté, le soir on est au tapis, et le le lendemain, on doit remonter sur le ring pour le round suivant. On est pas K.O, on est encore là, debout, mais on est sonné c’est sûr. On est sonné.

Les 3 dernières semaines ont été les plus durs car le moral, l’espoir et l’energie ont été atteints. Aujourd’hui j’ai appelé mes parents, et comme un môme de 12 ans qui vient de se faire plaqué pour la première fois, j’ai pleuré en disant « maman, je pensais que ça serait dur, mais je pensais pas à ce point. Je pense être quelqu’un de très optimiste mais là… Là pour la première fois de ma vie je vois plus d’espoir ».Et oui, j’avais pas envie d’écrire parce que, l’honnêteté est une chose, mais c’est pas facile de ce mettre nu et dire ouvertement « je galère, j’y arrive pas ». Pas facile d’avouer ses faiblesses. Surtout quand je sais que ça fera dire à pas mal de personnes « mais c’est evident que vous y arriverez pas, c’est couru d’avance, vous êtes fou ».

Et puis aujourd’hui, quelqu’un m’a écrit sur Facebook, et m’a écrit ça : « Coucou,
Je t’écris juste un petit mot pour te dire que je suis votre aventure à travers le blog et franchement… toi et ta ptite troupe me faite rêver ! C’est tellement énorme ce coup de poker que vous faites à la vie !  J’espère sincèrement que vos rêves se réaliseront parce que.. c’est tellement chouette des histoires comme ça. Des coups de folie pareils, qui valent le coup d’être écrit, d’être lu, mais surtout d’être vécu.Vous donnez l’envie et le courage d’en faire autant. Et avec toute l’énergie que vous mettez dans ce projet je me dis que c’est la moindre des récompenses que ça fonctionne. Alors c’est peut être pas grand chose mais sachez tous les 4 que quand vous avez un coup de mou de votre coté.. moi, outre-Atlantique je suis en train de te lire et vous me faîtes rêver. Courage ! Vous êtes à NYC, le rêve est possible, tout est possible ! »

Là tout d’un coup, je suis redevenu le « héros » de l’histoire. Tout d’un coup, le « j’y arrive pas » c’est transformé en « j’y arrive pas encore…Mais je vais y arriver » et le « on galère » est devenu un « on galère mais ça fait que 2 mois, et bientôt on va plus galérer ». Ce message m’a rappelé qu’une histoire, c’est un personnage qui tombe bas et qui va se battre pour aller encore plus haut qu’il était au départ. Mais surtout ce message m’a rappelé, que même si c’est difficile, même si tous les jours on se bat pour survivre dans cette ville et dans ce combat de réaliser notre rêve… Ben pendant qu’on se bat, même si on est pas encore champion, le simple de fait de se battre… ça te fait rêver.

Et donc que je me devais de t’écrire. Parce que si je te fais rêver, alors je suis content de le faire, et le fait que tu me le dises, ça me permet de rêver à nouveau, donc de retrouver de l’énergie et de l’espoir, et donc de retourner au combat.

Et je te t’ai fais la promesse de tout te dire. Alors je te dis tout. Parce que je tiens toujours mes promesses.

Et je t’ai fais la promesse que j’allais y arriver.

 

Rendez vous donc très vite. Le prochain round commence : Maintenant. Après tout, je suis assuré de rester encore un an et demi, et j’aurai bientôt le prototype de mon invention et Sandrine passe des entretiens. ça pourrait être pire non ?

 

A celui qui m’a lu.

 

 

Rémy.S

 

Publicités
Catégories : Non classé

Navigation des articles

3 réflexions sur “Pas pour tout de suite…

  1. vessylier

    Non ce n’est pas un gamin que j’avais au téléphone mais un homme de 33 ans qui se fait du soucis pour ses loulous et qui a craqué car il y a des jour il a l’impression de se battre contre des moulins à vent . Mais nous , nous croyons à son projet il es parti cela ne fait même pas 3 mois et il a fait tellement de demandes, de recherches cela fait 3 nuits qu’il ne dort plus alors oui il a craqué . Il faut Rémy que tu te mets dans ta tête que nous sommes avec toi à 100 pour cents et que je ne fais pas des efforts pour apprendre l’anglais ( dur dur ) pour ne jamais aller te voir dans ce pays qui est si dur pour y faire sa vie. Nous t’aimons et pensons très fort à toi . Nous t’envoyons toutes nos énergies positives. A bientôt pour te lire

    J'aime

  2. Nelly PLAY

    allez, on vous envoie de l’énergie même si ce n’est que peu de choses. toutefois, les petits ruisseaux finissent toujours par former de plus grandes rivières…. et surtout poursuivez vos rêves!

    J'aime

  3. Tu traverses une période difficile de la vie…
    Je t’écris cette lettre pour te demander de ne pas baisser les bras.
    Ce message d’espoir te rappelle que la vie est faite de hauts et de bas.

    Il t’arrive de remettre en question ton futur quand tu vois toute la confusion de ton présent…
    Ou avoir une succession de difficultés, au point où tu réalises que le niveau de tes attentes; tes ambitions deviennent irréalistes ??

    Ma Grand-Mère a l’habitude de dire: « Dieu ne dort jamais. » (je suis pas religion, mais..)
    En cette phrase se résume :
     » Toi, Persévère!  »

    Demain est un autre jour.

    Et par expérience, je suis convaincue que, peu importe la nature d’un de tes projets, tes attentes ou tes ambitions (même au plus bas: dans ton statut social, dans ton compte en banque ou dans tes relations) demain sera toujours un autre jour où tout est possible…
    Alors pendant que tu attends, Travailles…
    Ne te décourage pas un matin…

    Et par-dessus tout, gardes la foi en vos rêves; cette ferme assurance des choses que tu espères, une démonstration de celles que tu ne vois pas…encore 😉
    Et toutes les générations diront de toi, bienheureux parce que tu y as cru.

    Le chemin sera long et la route pleine d’obstacle mais un à un tu les surmonteras, petite à petit, étape par étape, alors surtout, ne baisse pas les bras c’est un ordre,

    Vous êtes près du but et c’est là que les choses sont toujours et encore plus difficile, mais pour un seul but,…
    mettre à l’épreuve votre détermination à vivre votre rêve, votre vie… alors ne lâchez rien…

    PS : pour ton appli tu as pensés au financement participatif/coopératif ? Soit tu lance une demande de subvention au peuple, ensuite bien sûr il devienne tes actionnaires,… les américain adore investir dans ce genre de chose

    J'aime

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :